#ComESR media

Podcast : la voix encore très scolaire des établissements

Avec l’arrivée des podcasts au début des années 2000, bon nombre d’universités et d’écoles se sont emparées du terme pour désigner en réalité ce qui n’est qu’une captation de cours. La création de podcast natifs dans le secteur est encore balbutiante.

Illustration : Pierre Kleinhouse

Cet entretien a été initialement publié en avril 2019, dans notre #ComESR 2018, dédié à l’actualité com’ et RP de l’enseignement supérieur. Contactez-nous pour le commander !

Faites un tour sur l’une des principales plateformes de diffusion de podcasts – indice, une pomme – et observez le contenu disponible dans la rubrique “enseignement supérieur”. Vous y trouverez, en tête, les conférences du Collège de France ou encore des cours délivrés par l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Mais aucune trace de contenu original produit par les établissements.

Avec l’apparition du terme “podcast” au début des années 2000, les universités ont repackagé un format qu’elles proposaient déjà depuis des années à leurs étudiants, comme le constate Claire Peltier, chercheuse au sein de la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’université de Genève. “Dans le milieu univer- sitaire, le terme podcast semble désigner les ‘retransmissions’ d’événements (conférences, leçons d’ouverture de semestres, etc.) mais aussi la captation de cours. Or, cette pratique est ancienne. À titre d’exemple, elle est en vigueur à l’université de Genève depuis le début des années 70 !” Et la chercheuse de citer un autre exemple, celui de l’université Paris 8, qui a enregistré et mis à disposition de ses étudiants les cours de Gilles Deleuze, dès la fin des années 1970.


Duke university, véritable productrice de podcasts

Au milieu des années 2000, avec le développement des technologies mobiles, certaines universités américaines commencent à miser sur le format audio. C’est le cas de Duke university, établissement privé situé en Caroline du Nord. En 2004, il équipe 1600 étudiants d’iPods, avec le soutien d’Apple. L’objectif : étudier l’intérêt et l’efficacité de l’usage du podcasting sur les étudiants et les enseignants, analyse Claire Peltier.

Quinze ans plus tard, Duke est un modèle unique, dans l’univers du podcast. L’établissement, via son centre d’études documentaires, a recruté un journaliste et producteur venu de la radio publique, John Biewen, pour développer une offre de podcasts natifs. Il n’est désormais plus question de captations de cours mais bel et bien de productions originales. Si certaines séries s’intéressent à la vie de l’école, la plupart évoquent plus volontiers les grands phénomènes de société. C’est le cas de Scene on Radio, qui décrypte “l’American way of Life”, ses travers et ses complexités. La série, entamée en 2017, compte déjà 3 saisons et 66 épisodes. Duke university, qui a fait du podcast un outil de communication à forte valeur ajoutée, aime vanter les mérites de ce format, qui, via la narration, “permet de rapprocher et de rassembler tous [ses] publics par leur humanité, leur humour et leur profondeur”.

Autre établissement à miser sur les podcasts, l’université de Liverpool a confié sa production sonore à un journaliste canadien, Neil Morrison. Ce dernier conçoit pour l’université une série, sobrement intitulée “Le podcast de l’université de Liverpool”, dans laquelle il revient deux fois par mois sur un sujet de société, en donnant la parole les chercheurs maison. Objectif : valoriser la recherche de l’établissement via un media qui génère un fort taux de fidélité.


En France, la « Bonne graine » de l’Université Paris-Saclay

En France, il faut regarder du côté de l’Université Paris-Saclay pour trouver un “vrai” podcast natif, “La bonne graine”. L’établissement est le premier à s’être lancé dans l’aventure en 2017, accompagné par le studio de création Binge audio. À travers trois saisons de huit épisodes chacune, la journaliste Victoire Tuaillon est partie à la rencontre d’étudiantes et d’étudiants de Paris-Saclay, tous inscrits en master, pour qu’ils racontent leur parcours et leurs aspirations. Difficile de connaître les chiffres d’écoute, mais une suite est d’ores et déjà prévue.

À l’heure actuelle, ce projet reste unique dans le paysage française. Certains établissements se sont lancés dans le podcast au cours des derniers mois – on compte sur les concernés pour se signaler en commentaires ou par mail :-). Désormais, il ne s’agit plus de proposer des captations de cours. Le contenu est original (entendez par là, pensé dès sa conception pour un format audio) et il met en lumière un projet, un individu. MAIS, car il y a un mais. Ces formats peinent encore à sonner « podcast ».

Soignez la qualité sonore

Nous pourrions débattre longtemps de ce que signifie « sonner podcast ». On vous conseille la lecture de cet article de La Revue des Médias (INA) pour avoir une vue globale du sujet et pour nourrir le débat. Mais si nous ne devions retenir qu’un seul élément basique, ce serait celui de la qualité sonore. Trop souvent, les podcasts proposés par les acteurs du sup’ proposent un son « amateur » (mauvais mixage, mauvaise prise de son). Comme si ce format souffrait d’un mal qui a touché il y a quelques années – et qui touche encore – le secteur de la photographie. À savoir : j’ai un smartphone –> Je peux faire le travail d’un photographe / d’un preneur de son.

Or, « nos oreilles sont ultra éduquées, surtout à la voix enregistrée et microphonée, et particulièrement en France avec une tradition radiophonique assez forte » détaille Jean-Baptiste Aubonnet, ingénieur du son chez Louie Media. Avec la voix enregistrée, « on rentre dans une intimité, précise-t-il sur le site du studio de podcasts. La bonne qualité de prise de voix, c’est ce réalisme, mais aussi l’effet que cela va avoir sur nous en termes d’intimité. Pour les podcasts, une bonne qualité de son, c’est quand la voix réussit à créer ce rapport-là d’intimité, comme si une personne te racontait une histoire à toi, et uniquement à toi. Et on sent quand ça marche et quand ça ne marche pas. »

1 comment Add New Comment

  1. Bonjour,
    Comme nous y sommes invités, un petit commentaire ;-).
    Avant l’Université Paris Saclay, à travers sa Web Radio unique en France, la WikiRadio UEB, l’Université européenne de Bretagne (UEB) a produit de nombreuses émissions et podcasts de 2011 à 2015, sous l’impulsion de la talentueuse Anne Kropotkine, chargée des médias numériques.
    Un temps maintenu par l’Université Bretagne Loire, ce media, peut-être apparu trop tôt dans le paysage, a disparu, faute de soutien financier et ce malgré une audience et une valeur ajoutée remarquées, y compris par d’autres médias (France 3 Bretagne Pays de la Loire, mag Sciences Ouest).
    Bonne journée, Joanna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *