Jeux Olympiques : une occasion ratée de communication pour l’enseignement supérieur

Nous nous sommes demandés si écoles et universités avaient su profiter des Jeux Olympiques pour valoriser leurs médaillés et faire vibrer le sentiment d’appartenance sur les Réseaux sociaux.

Les jeux sont finis depuis quelques jours, les athlètes sont de retour en France ils ont déjà été reçus par institutions et médias. Médias et réseaux sociaux analysent les retombées (Twitter, Facebook) Et du côté des médaillés de l’enseignement supérieur ? Plusieurs médias spécialisés ont listé les médaillés français étudiants ou diplômés de l’enseignement supérieur (NewstankEducpros). Cette médaille a-t-elle été saluée par leur alma mater ? Quelles sont les relations des champions avec leur universités ? Le sport de haut niveau est-il un vecteur de communication et de storytelling pour les établissements ?  Début de réponse en quelques chiffres :

Rio 2016

Universités et écoles : des réseaux sociaux en pause estivale.

A partir du tableau édité par Newstank nous avons examiné les comptes Twitter et Facebook des établissements qui ont eu des médaillés (43 médaillés étudiants ou alumni). Sur les établissements concernés :

  • 10 établissements se sont fendus d’un post Facebook pour féliciter leur médaillé
  • 12 établissements se sont fendus d’un tweet pour féliciter leur médaillé.

C’est très peu. Beaucoup de comptes d’écoles et universités annoncent la couleur : les pages Facebook et comptes Twitter sont inactifs et inalimentés pour cause de vacances. Certains depuis plus d’un mois. Les établissements sont donc complètement passés à côtés des Jeux Olympiques.

FireShot Capture 382 - JO etude RS - Google Sheets_ - https___docs.google.com_spreadshee FireShot Capture 383 - JO etude RS - Google Sheets_ - https___docs.google.com_spreadshee

Plus de retombées quanti sur Facebook mais de réactivité sur Twitter

On le voit dans les 2 tableaux ci-dessous, plus de tweets de félicitations que de posts Facebook. Twitter reste un outil privilégié pour les évènements et le direct. A tel point que ce ne sont pas toujours les établissements qui ont tweeté mais la directrice de la communication ou parfois le DG lui-même.  Insa Lyon, Centrale supelec,  LISAA, ESC Pau, Univ lorraine n’ont rien posté sur leur page Facebook. A l’inverse, IUT de Montpellier, UBO, Université Lyon 1 n’ont rien posté sur Twitter.

Ces contenus, fortement émotionnels, à même de réveiller le sentiment d’appartenance ont généré beaucoup d’interactions : plusieurs centaines de likes sur les posts Facebook et plusieurs dizaines de RT sur Twitter, loin des scores d’engagement, généralement plus modestes, des contenus « classiques » postés par les établissements.

Enfin, très peu de médaillés mentionnent leur école ou université dans leur bio.  C’est le cas de Thibault Colard (INSA Lyon) et de Jean-Paul Helissey (ESCP Europe). Ils sont quelques uns à suivre leur alma mater sur Twitter : Thibault Colard (Insa Lyon), Estelle Nze-Minko (Audencia), Jean-Paul Helissey (ESCP Europe), Vincent Gérard (Grenoble Ecole de Management), Gauthier Klauss (ESC Pau).

Le sport : ce vecteur d’image sous-utilisé par les universités.

Pourquoi passer à côté d’une occasion aussi simple et efficace de communiquer pour son établissement ? Nous voyons 3 raisons possibles :

  • Sans doute parce que le community management reste encore sous-exploité et mal considéré par école et universités. Résultat : on s’accommode d’un mois d’interruption totale des programmes. Prière de tweeter aux heures d’ouvertures des bureaux et en dehors des vacances scolaires.
  • Sans doute parce que le sport est considéré comme un à-côté de la vie académique.  Au mieux les établissements profitent de la présence fortuite d’un champion pour placer une actu sur le site web de temps en temps, mais de là à avoir une stratégie d’attractivité des talents sportifs…
  • Sans doute parce que beaucoup d’établissements n’ont pas de fichier et de suivi des alumni digne de ce nom. On perd vite la trace et la mémoire des diplômés passés par l’établissement. Impossible donc de saluer leur actualité quand l’occasion se présente.

Des solutions existent (voir notre réflexion sur le running et les campus). Le potentiel est même assez excitant. Le pire c’est que certains établissements ont des infrastuctures sportives de grande qualité et des services destinés aux étudiants sportifs de haut-niveau. Mais il faut sortir le sport du champ du service annexe dans lequel il se trouve aujourd’hui pour lui donner une place plus importante dans l’offre et l’image de l’établissement.


Le contenu de cette note est placé sous licence Creative Commons – Attribution + Pas d’Utilisation Commerciale (BY NC)

Vous aimez ?  Vous pouvez le partager :

14 Commentaires

  1. Bonjour Manuel,

    Un petit rectificatif s’impose.

    L’INSA Lyon a bien fait écho de la médaille de Thibauld Colard aux JO de Rio sur sa page Facebook officielle, sans doute un de nos posts records avec plus de 650 likes et 36 partages.

    https://www.facebook.com/INSAdeLyon/posts/1365812210099999

    Nous avons même suivi de très près son parcours dès le début des JO.

    Que s’est-il passé de votre côté pour ne pas avoir vu ses posts ?

    Cordialement,

    Nathalie Dechenaux
    CM INSA Lyon

    • Bonjour, et merci pour le lien.
      Je vois 2 explications possibles : soit je ne suis pas remonté jusqu’au 11 aout dans la Timeline. Soit le nombre de Likes a cru après mes recherches. Mais dans les 2 cas, nous avions bien noté que l’INSA n’était pas passé à côté des félicitations puisque le tweet ne nous avait pas échappé lui :-).

  2. Bonjour,

    Pour information, Grenoble Ecole de Management a commencé à communiquer sur les réseaux sur ses sportifs présents pendant l’événement. Nous avons été rappelés à l’ordre par le comité français : interdiction formelle d’y faire référence (slogan, images, hashtags…) et de féliciter nos sportifs pendant une période donnée.
    Ce qui peut expliquer le silence de certaines institutions…

    • Merci pour cette information.

      J’imagine que vous faites allusion à l’alinea 3 de la regle 40 « Sauf autorisation de la commission exécutive du CIO, aucun concurrent, officiel d’équipe ou autre membre du personne d’équipe qui participe aux Jeux Olympiques ne doit permettre que sa personne, son nom, son image ou ses performances sportives soient exploités à des fins publicitaires pendant les Jeux Olympiques. »

      S’agissant de Tweets ou de post Facebook (sauf à ce qu’ils soient « sponsorisés ») émis par une école ou une université pour encourager un de ses étudiants/alumni je ne pense pas que cela fasse partie des cas de figures évoqués ici.

      • Dans son message le comité a justement pointé un de nos tweets d’encouragement (non sponsorisé) publié en amont des Jeux. Une communication dépassant le simple cadre du droit du public à l’information.

        • si c’était en amont des jeux, le CIO ne respecte pas lui-même son propre réglement ! 🙂 (qui couvre les jeux de la cérémonie d’ouverture à celle de cloture). Mais à moins que vous soyez sponsor de l’athlète (en sus d’être son établissement d’enseignement supérieur) je ne vois pas en quoi vous êtes concernés par l’article 40.3. Cela ressemble à un abus de pouvoir du CIO… (mais il faudrait demander à un juriste).

Laisser un commentaire

Les champs requis sont marqués avec *.